Jeux littéraires

Fil des billets

jeudi 8 février 2024

Une photo, un poème sporadique, #10

andalou.webp, févr. 2024
Séville, 4 novembre 2018

écris bien exprime-toi bien
cultive l’aphorisme
l’image heureuse
l’ironie mordante —
arrache tes pensées pour
les coucher sur les murs ;
disperse-les dans les champs —
donne du burin à tes mots
comme s’ils devaient graver
ton épitaphe :
sentence imparable pour
des siècles et des siècles

mardi 30 janvier 2024

Une photo, un poème sporadique, #9

saxo.webp, janv. 2024
Luxembourg, 10 janvier 2024

bruissante la vallée
crissement de roues
caténaires aux étincelles
charbon aigu des mésanges — tu
tords ton embouchure
gigotes depuis le toit
poussée sans bruit des mousses
or jamais ma bouche
cou tendu
n’atteindra ton anche
je salive de bave silencieuse

samedi 20 janvier 2024

Une photo, un poème sporadique, #8

soleil.webp, janv. 2024
Luxembourg, 20 janvier 2024

hé ! carillon
aux passantes gelées
aux passants frappés
: aujourd’hui joue donc
place du marché
l’Hymne au soleil
de Lili Boulanger

mardi 9 janvier 2024

Une photo, un poème sporadique, #7

moorea.webp, janv. 2024
Moorea, 13 août 2011

sans trembler
au mercure qui dégringole
   (enfin !)
tu opposes
le froid intellect
d’un souvenir
de lagon — le brut
édifice du corail
contre l’océan :
le froid est un état d’esprit

vendredi 5 janvier 2024

Une photo, un poème sporadique, #6

chateauneuf.webp, janv. 2024
Châteauneuf, 20 novembre 2023

ourse ou laie je

   vaque
membres déconstruits
nuages invoqués au
plafond des sons
rauques — feuilles cambrées
d’une lutte automnale

   tourne
autour de mon
axe du bien-pensé chaud
d’un breuvage âcre — visions
diurnes & vœux tièdes
; champs à investir
de vocables

   grogne
griffue — fumigation
des sens écartés du corps
terre au goût
de mousse torréfiée
mousse au goût de
terre brûlée

des ailes :
chouette je serai

mercredi 27 décembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #5

chaise.webp, déc. 2023
Kraainem, 16 décembre 2023

je rêve d’un bureau au cœur
des réseaux qui tissent sous le bitume
des ruisseaux puants
des cloaques coulants

— un bureau où tourner
sur un fauteuil de président
& piocher dans les déchets qui flottent
les plans d’un chantier immense
d’une surface nouvelle
sans ruisseaux puants
sans cloaques coulants

rien de dissimulé, non :
la franche table rase d’un nouveau commencement

vendredi 22 décembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #4

dino.webp, déc. 2023
Luxembourg, 20 décembre 2023

crocs affûtés
griffes taillées
bave au taquet
les tours économiques
plastifient à
tour de bras
pour distraire
colorent
pour régner :
« Avertissement : cette machine à remonter le temps ne convient pas aux sauriens de moins de trente-six mois. »

samedi 16 décembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #3

pouilly.webp, déc. 2023
Pouilly-en-Auxois, 20 novembre 2023

on avale on déglutit
l’écho cavale on glapit
dans le noir enfoncé
humide voguant
— la main cherche
dans l’eau glaciale
une carpe providentielle
          ou
une grenouille
princière !
gluante & salutaire

jeudi 7 décembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #2

 
coprin.JPG, déc. 2023
Romont, 19 novembre 2023

fuis le coprin aux
cheveux ras
:
sous terre
conspire
son mycélium

— bientôt
fuseront alentour
les spores agiles
de l’ultime envahisseur

— un jour viendra
où tu feras
aussi
office de substrat

jeudi 30 novembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #1

hebdo1.JPG, nov. 2023
Louvain-la-Neuve, 29 octobre 2023

« il est évident que »

serrée au sein
du ciment briqué

« vous conviendrez que »

la connaissance
caracole — enfonce
ses phalanges

« l’ordre naturel veut que »

la raison parle
la péroraison perle
docteure ès
causes essentielles

« il n’y a pas d’alternative »

passent la muraille
six faces régulières
orthodoxes
brandons de vifs
pragmatismes

« cela ne souffre aucune contestation »

jeudi 26 octobre 2023

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #8

Exercer la plus stricte modestie en troussant des strophes : ici, tous les chemins mènent à Chopin

[FIN]

mercredi 25 octobre 2023

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #7

Tourner autour d’un astre d’alliage sous un ciel de coton

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #6

Chevaucher un Pégase haut en couleur afin de condamner les méfaits de la circulation fossile

mardi 24 octobre 2023

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #5

S’enfouir avec les feuilles d’automne pour troubler les eaux d’un bassin trop tranquille

lundi 23 octobre 2023

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #4

Sauter à pieds joints sur la marelle du temps

dimanche 22 octobre 2023

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #3

Se laisser enseigner le véganisme aux oreilles feuillues en ciblant du nez l’entresol

samedi 21 octobre 2023

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #2

Jouer de transparences pour s’enfoncer bas où les entrailles tressaillent

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #1

Pointer haut la poésie pour rabaisser les gratte-ciel triomphants

samedi 15 juillet 2023

Reykjavík en photos et poèmes sans filtre, #20

Clap ! la pellicule claque
dans le projecteur
— la lumière aveugle
les derniers cinéphiles
plus d’images qui bougent
    avec les mots
mais rien ne presse
: pour qui ne goûte pas
    l’été canicule
tous les chemins
mènent à
    Reykjavík

vendredi 14 juillet 2023

Reykjavík en photos et poèmes sans filtre, #19

Sans cesse joue du rabot
frotte la pierre — découpe
les sommets les entraves
allume ton foyer aux
étincelles de tes frottements
d’artifice — cloute tes
chaussures pour mieux accrocher
    pendant l’ascension
secoue-toi si tu t’endors
hé ! de repos il sera question
quand les montagnes auront des cheveux
grisonnant d’expérience

Reykjavík en photos et poèmes sans filtre, #18

De loin tout se pare
d’un fascinant panache
or se cachent des secrets
    inavouables
    ou honteux
    voire joyeux
    (mais ce n’est pas votre affaire
    de toute façon)
dans les alcôves de lave
qui ne se partagent pas
    au monde
: la monstration sur
dazibao numérique
a un goût de pierre ponce
qui râpe les papilles
& donne envie de
vivre à fond en dehors

jeudi 13 juillet 2023

Reykjavík en photos et poèmes sans filtre, #17

Dessication
lente du pois-
son au vent frais
— yeux rivés sur
le design in-
ternational
du bord de mer
: surtout ne pas
idéali-
ser le passé

Reykjavík en photos et poèmes sans filtre, #16

Comment ça
tous les chemins mènent
quelque part ? les fossés
veillent au grain, voyons
— ils allument le voyant
de la curiosité pour
mieux le faire passer
    au rouge ensuite
quelque part c’est alors
nulle part & partout
    (oups ! ça sonne comme
    un discours de motivation
        managérial)
; même dans le néant
on trouve toujours un endroit
où on n’ira jamais

mercredi 12 juillet 2023

Reykjavík en photos et poèmes sans filtre, #15

L’île de Viðey appartient
aux pattes qui se lèvent tôt
    ; qui déposent la fiente
de bonne heure
hors des bruits de la ville
loin des navires de croisière
    qui la surplombent
— grouillant d’excréments à vider —
sans même la voir

Reykjavík en photos et poèmes sans filtre, #14

Pour lier vagues & bosses
dans l’harmonie des milles & kilomètres
marin & cycliste
font tourner leur vélice
— voire, plus écologique
    : leur vélivoile
tendue au vent & aux mollets
s’exclamant nez dans le guidon & le foc
« à nous les lointains
    horizons ! »
mais les horizons s’éloignent
    en mirages
marin & cycliste
se massent alors
à l’huile de foie de morue & de genou
pour briller au soleil du repos
pour sentir le vent frais sur leurs corps
écailles dorées & mollets épilés
sous les cris des sternes & du goudron brûlant

- page 2 de 3 -