Jeux littéraires

Fil des billets

lundi 8 avril 2024

Berlin en photos et poèmes sans filtre, #8

peut-être bien
y aura-t-il toujours un moment
où ça ira — quels que soient
les coups de boutoir de semonce de bourdon
mais ce moment-là
l’éternelle relâche dans le néant
autant le repousser pour jouir
emmerder qui confisque les existences
brûler si nécessaire de fureur les larmes

dimanche 7 avril 2024

Berlin en photos et poèmes sans filtre, #7

tous les chemins mènent à
la comédie des appa-
rences où tout un chacun
rences où tout un chacune
gigote remue taquin
frétille danse taquine
à ce jeu cesser de pa-
raître serait un trépas
un froid de zéro kelvin

samedi 6 avril 2024

Berlin en photos et poèmes sans filtre, #6

vous qui passez sans m’embrasser
arrêtez-vous un instant
pas une seule cloque pas une seule verrue
je suis aussi lisse que la peau d’un nouveau-né
ma langue ? à peine servi
mes bonds ? prodigieux

vous qui passez sans m’embrasser
arrêtez-vous un instant
pourquoi tant de hâte ?
dans le brouhaha alentour
distinguez mon coassement
puis plissez vos lèvres

c’est ça
vous ne le regretterez pas

vendredi 5 avril 2024

Berlin en photos et poèmes sans filtre, #5

[on triche un rien avec une photo prise à Potsdam]

ah ! élever la marmaille
de nos jours
d’étalement urbain
: une broutille de broutage
un goût minéral
l’authenticité dure
     agglomérée
sale époque pour les darons

jeudi 4 avril 2024

Berlin en photos et poèmes sans filtre, #4

joue de tes facettes
dans la lumière ténue
appuie appuie ta tête
sur les vagues du son
rien ne cambre plus le noir
que tes rayons que tes rayons
et quand vient le point d’orgue
laisse filtrer tout ton spectre dans un tunnel de rais tonitruants

mercredi 3 avril 2024

Berlin en photos et poèmes sans filtre, #3

il faut être pour
ou bien contre
— contre le tronc c’est
pour les branches
; pour le tronc c’est
contre les racines
etc.
etc.
etc. (ad lib.)

je choisis la canopée

mardi 2 avril 2024

Berlin en photos et poèmes sans filtre, #2

poème funéraire de bord de lac au choix :

1.
que la bière retourne à la terre
dans son vêtement de
poussière de sable
chauffée à blanc

2.
le temps œuvre
pour la poussière
l’ébriété le suspend
     mais
le sable retourne au sable

lundi 1 avril 2024

Berlin en photos et poèmes sans filtre, #1

rêve-branchies
réalité-clapotis

sur l’eau seuls
un véliplanchiste égaré
un colvert esseulé
fraternité avant la pluie

descente profond
& surtout
sous la limite du haïku

jeudi 14 mars 2024

Une photo, un poème sporadique, #14

peace.webp, févr. 2024
Hambourg, 29 février 2024

les couleurs
protestent ensemencent contaminent
l’épée — huit mètres ! — d’Otto
; là comme ailleurs les
pigeons & mouettes caquent sur
la tête du passé
radieux

jeudi 7 mars 2024

Une photo, un poème sporadique, #13

rails.webp, févr. 2024
Hambourg, 28 février 2024

la draisine de l’existence
déraille souvent
un remède ?
métal contre métal
hymne à la vitesse
: étincelles !

samedi 24 février 2024

Une photo, un poème sporadique, #12

wc.webp, févr. 2024
Genève, 23 février 2024

ça passe ça pousse ça presse
coulent d’aisance les Eaux-Vives
les pantalons se baissent

vendredi 16 février 2024

Une photo, un poème sporadique, #11

enclos.webp, févr. 2024
Luxembourg, 8 février 2024

hors des chemins du parc
l’invisible remue dans sa cage
des feuilles tapissent un sol
qu’il ne faut pas fouler
— du ciel stoïque devant
les chatouillis de la canopée
ne coule rien : pas une goutte
de lyrisme dans ce poème
juste une vague impression d’enfermement
; le véritable univers
inaccessible entier dans
une ironie rectangulaire

jeudi 8 février 2024

Une photo, un poème sporadique, #10

andalou.webp, févr. 2024
Séville, 4 novembre 2018

écris bien exprime-toi bien
cultive l’aphorisme
l’image heureuse
l’ironie mordante —
arrache tes pensées pour
les coucher sur les murs ;
disperse-les dans les champs —
donne du burin à tes mots
comme s’ils devaient graver
ton épitaphe :
sentence imparable pour
des siècles et des siècles

mardi 30 janvier 2024

Une photo, un poème sporadique, #9

saxo.webp, janv. 2024
Luxembourg, 10 janvier 2024

bruissante la vallée
crissement de roues
caténaires aux étincelles
charbon aigu des mésanges — tu
tords ton embouchure
gigotes depuis le toit
poussée sans bruit des mousses
or jamais ma bouche
cou tendu
n’atteindra ton anche
je salive de bave silencieuse

samedi 20 janvier 2024

Une photo, un poème sporadique, #8

soleil.webp, janv. 2024
Luxembourg, 20 janvier 2024

hé ! carillon
aux passantes gelées
aux passants frappés
: aujourd’hui joue donc
place du marché
l’Hymne au soleil
de Lili Boulanger

mardi 9 janvier 2024

Une photo, un poème sporadique, #7

moorea.webp, janv. 2024
Moorea, 13 août 2011

sans trembler
au mercure qui dégringole
   (enfin !)
tu opposes
le froid intellect
d’un souvenir
de lagon — le brut
édifice du corail
contre l’océan :
le froid est un état d’esprit

vendredi 5 janvier 2024

Une photo, un poème sporadique, #6

chateauneuf.webp, janv. 2024
Châteauneuf, 20 novembre 2023

ourse ou laie je

   vaque
membres déconstruits
nuages invoqués au
plafond des sons
rauques — feuilles cambrées
d’une lutte automnale

   tourne
autour de mon
axe du bien-pensé chaud
d’un breuvage âcre — visions
diurnes & vœux tièdes
; champs à investir
de vocables

   grogne
griffue — fumigation
des sens écartés du corps
terre au goût
de mousse torréfiée
mousse au goût de
terre brûlée

des ailes :
chouette je serai

mercredi 27 décembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #5

chaise.webp, déc. 2023
Kraainem, 16 décembre 2023

je rêve d’un bureau au cœur
des réseaux qui tissent sous le bitume
des ruisseaux puants
des cloaques coulants

— un bureau où tourner
sur un fauteuil de président
& piocher dans les déchets qui flottent
les plans d’un chantier immense
d’une surface nouvelle
sans ruisseaux puants
sans cloaques coulants

rien de dissimulé, non :
la franche table rase d’un nouveau commencement

vendredi 22 décembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #4

dino.webp, déc. 2023
Luxembourg, 20 décembre 2023

crocs affûtés
griffes taillées
bave au taquet
les tours économiques
plastifient à
tour de bras
pour distraire
colorent
pour régner :
« Avertissement : cette machine à remonter le temps ne convient pas aux sauriens de moins de trente-six mois. »

samedi 16 décembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #3

pouilly.webp, déc. 2023
Pouilly-en-Auxois, 20 novembre 2023

on avale on déglutit
l’écho cavale on glapit
dans le noir enfoncé
humide voguant
— la main cherche
dans l’eau glaciale
une carpe providentielle
          ou
une grenouille
princière !
gluante & salutaire

jeudi 7 décembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #2

 
coprin.JPG, déc. 2023
Romont, 19 novembre 2023

fuis le coprin aux
cheveux ras
:
sous terre
conspire
son mycélium

— bientôt
fuseront alentour
les spores agiles
de l’ultime envahisseur

— un jour viendra
où tu feras
aussi
office de substrat

jeudi 30 novembre 2023

Une photo, un poème sporadique, #1

hebdo1.JPG, nov. 2023
Louvain-la-Neuve, 29 octobre 2023

« il est évident que »

serrée au sein
du ciment briqué

« vous conviendrez que »

la connaissance
caracole — enfonce
ses phalanges

« l’ordre naturel veut que »

la raison parle
la péroraison perle
docteure ès
causes essentielles

« il n’y a pas d’alternative »

passent la muraille
six faces régulières
orthodoxes
brandons de vifs
pragmatismes

« cela ne souffre aucune contestation »

jeudi 26 octobre 2023

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #8

Exercer la plus stricte modestie en troussant des strophes : ici, tous les chemins mènent à Chopin

[FIN]

mercredi 25 octobre 2023

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #7

Tourner autour d’un astre d’alliage sous un ciel de coton

Guide d’utilisation de la ville de Varsovie à l’usage des poètes de passage, #6

Chevaucher un Pégase haut en couleur afin de condamner les méfaits de la circulation fossile

- page 2 de 4 -