Poèmes

Fil des billets

lundi 18 septembre 2017

S’il te plaît, écris face à la mer

La mer dans les îles Orcades en Écosse. (Photo : privée)

Lorsque tu écumeras
le sel qui décante de tes phrases
veille à utiliser un maillage serré ;
sinon, comment rendre
la sueur du ramasseur de goémons
le frêle équilibre de l’enfant
qui frôle de ses pieds nus
les côtes de ton territoire si terrestre ?

Il faudra pourtant
te tourner vers l’espace marin et
accueillir la houle — coloniser l’estran
de tes idées vagues pour arrimer
tes vers au réel. Il te faudra bien sûr
respirer dangereusement des algues vertes
pour extirper les couteaux à vif
de leur sable refuge

Je me souviens : un bernard-l’hermite
une plage tropicale de sable blanc,
des patates de corail, l’envie de plonger
pieds nus pour admirer les poissons multicolores ;
mais tu veilleras, toi, à protéger tes membres
de la morsure du poisson-pierre —
à polir le sable jaune jusqu’à l’usure
avant le naufrage imminent des pétroliers

Tu compteras avec soin les salves
de lumière du phare dans le lointain
pour en donner le rythme aux mots.
De l’avitaillement, tu maîtriseras la cambuse —
tu feras du port ton mousse bienveillant
dans les bars de marins, dans les capitaineries
tenant sans cesse le cap de ton journal de bord
le nez levé vers les constellations
à vue, sans compas ni sextant
entre deux îles polynésiennes

Tu te plongeras dans les traités de navigation
y maudissant les quarantièmes rugissants ;
tu en copieras les règles de syntaxe
et d’accord entre voiles et vents
pour échapper au calme plat
d’un carnet désespérément vide. De sens
il ne saurait y avoir sans que tu veilles
de nuit, doux hamac et brise légère —
peut-être aussi cabine trempée et corps grelottant

Lorsque tu verras enfin la Croix du Sud,
tu reposeras ton filet et ses mailles ;
tu laisseras même les mouettes voler ta pêche.
Tu glisseras en eaux profondes
pour briser les harpons des baleinières
puis tu passeras entre balises rouges et vertes
et tu t’attableras face à moi, devant un verre
de rhum blanc des îles, empli
d’embruns et de rimes

S’il te plaît, écris face à la mer.

jeudi 22 juin 2017

Transfusion en ut (sur le thème « Rouge(s) »)

Photo : Wikimédia.

ROUGES les accords
des ORGUES hirondelles
à la SORGUE des vêpres /
majeurs et mineurs

d’écarlates fauteuils
aux dossiers velours ;
de vitraux carmin
résonnent les tierces

l’instrument déverse
la vie intubée de
globules rutilants
fugue des heures passées

des rideaux de brocart
cachent la perfu-
sion profuse / doigts
serrés sur les touches

mains recroquevillées
sur les jeux / pieds nus
sur le pédalier ;
basse continue de vie

s’écoulent les gestes
denses qui stoppent
net / ROUGES les
plaques ROGUES de la peau

marée d’éther qui
embrase les centres
de la vision — GOURSE
perdue au ressac

l e n t e m e n t perlent
les gouttes qui soign-
eront de verts ma
partition daltonienne

lundi 12 juin 2017

Mauvaise perdante

Je n’ai pas gagné au loto des sommes folles
ni obtenu trois vœux d’un génie dans une lampe

je vais au boulot comme beaucoup
je joue de temps en temps sans trop d’espoir

je lis des contes à mes enfants pour qu’ils
s’endorment, mais c’est eux qui y croient

qui croient qu’il y a des génies dans les lampes
des boules de loto qui me voudraient du bien

je vais au boulot comme beaucoup
je pars tôt et je rentre tard comme beaucoup

je suis partie en vacances plusieurs fois
ça fait de moi une privilégiée je sais

mais je n’ai pas gagné au loto des sommes folles
ni obtenu trois vœux d’un génie dans une lampe

je crois bien que c’est parce que j’aurais trop de vœux
à faire pour moi seule vous comprenez

je n’ai pas l’intention de freiner le changement climatique
ni d’arrêter les guerres ou les famines

les génies et les boules de loto le savent
et ne me choisissent jamais à cause de ça

ils sont un peu simplets quand même
de croire les autres qui leur promettent de telles âneries.

vendredi 24 février 2017

En Sercq

Sercq, la fenêtre dans le rocher (photo : privée)

Retour sur une agréable lecture le 16 mars 2016, avec Antoine Cassar, au café littéraire Le Bovary, qui avait pour thème « Petites causeries sur les îles ».


En Sercq

Je cheminerai bien loin de Compostelle
là en Sercq où les sentiers noirs
de l’absence de la folie de voir
ouvrent le ciel à des oraisons d’étoiles

Je cheminerai bien loin des trottoirs humides
sur ces sentiers à l’arôme incertain
dans la lande abrupte menant à la fenêtre de roche
d’où lancent l’assaut les téméraires

    sous le couvert
    ruminent les tracteurs ailés
    bêtes de somme — ascenseurs fidèles
    ressac à pic sous la Coupée
    tranchant des rochers comme
    élan vaniteux d’embruns

Je cheminerai dans le silence du jour
à l’orée d’ajoncs et de pierres
humant l’absence de fiel
un parmi les bruits alentour

Je cheminerai pieds nus sur le gravier
coupures de brins aiguisés
ampoules de tant de quiétude
cors grondant leurs notes de fatigue

    et sous l’orage
    attendant l’accalmie
    je ferai le compte des inventions
    qui lient l’homme à son destin
    de forçat avide de biens
    gagnés à la sueur d’autres fronts

Je cheminerai de l’aube
au crépuscule du dernier bateau
trempant les orteils avec délectation
dans l’écorce des coquillages

Je cheminerai encore
à l’heure de quitter la Terre
pour mettre le cap sans regrets
vers Bételgeuse et Aldébaran.

jeudi 3 novembre 2016

Sans titre

Les coquelicots, de Claude Monet

ces bouquets de lilas offerts,
chaque saison à travers les barrières
qui matérialisaient l’abandon de
la maison insolite aux volets
toujours clos — chauve-souris
& campagnols trouvaient refuge
dans la vacuité sereine de ce
bord de ville — conservatoire
de plants inconnus, auditorium
de coassements symphoniques la
nuit venue — on a craint les
tractopelles pragmatiques venues
sacrifier cet arboretum de voisinage qui
a croulé sous un tas de décombres,
morceaux de béton mêlés aux
rares résidus de ferraille que n’a pas
recyclés l’écologie urbaine — on a
souffert de l’absence des chauves-souris
des campagnols & des coassements
guettant l’advenue printanière & toujours
déçue des tiges & des bourgeons désor-
mais disparus, comme la promesse des
bouquets de lilas au printemps suivant
qui restait submergée de gravats stériles —
en juin la ville a ployé sous les
vents des orages & on n’a pas scruté
le lopin démembré par la fièvre immobilière,
on s’est terré à l’abri des gouttes dans
un salon où la cheminée a repris du
service — ils sont là maintenant,
défiant de leurs hampes bien droites
les ruines que la ville n’a pas encore
affectées à un usage minéral, rouges
comme la fureur de leur pousse accé-
lérée, rouges comme l’ampleur de leur
défi aux excès humains, tout un champ
gigantesque de coquelicots à la saveur
& à l’arôme de miracles opiacés

vendredi 22 juillet 2016

Masochisme estival

c’était bref
mais bon
on se reverra
peut-être
un jour
dans le fracas
des vagues
où tu m’enverras
des salves
de venin
oh oui
fais-moi mal

mardi 5 juillet 2016

30.6.2016, château de Colmar-Berg


Image : Wikipedia

le minibus pénètre l’antre du château la porte ouverte à l’inconnu cour emmurée de notes de jazz boissons rares encore et non alcoolisées insignes qui percent les costumes et jambes dévoilées sous la pluie taquine de juin amas de visiteurs accrochés à l’horaire bonheur j’embrasse Anise qui est là aussi un peu perdue puis un cheminement en troupe disciplinée vers les quatre mains à serrer sourires empesés pas un soupçon d’ennui comment font-ils sympathiques au possible jardin impeccable où les rayons dansent où l’odeur de pluie croule sous les parfums jus couleur de pommes bâtons à brandir réminiscences des cavernes chiche nourriture les conversations sont habituelles les notes de jazz ont repris pingouin parmi la banquise honorable de la cour j’attends en souriant vue sur l’étang est-il poissonneux naturel ou s’y promène-t-on en barque quelquefois les cocktails vacillent et les glaces sont délicieuses les réceptions grand-ducales ne sont finalement pas pour les poètes je crois.

mardi 27 octobre 2015

Flo[ts]

De la mer des poètes lus entre novembre 2014 et juin 2015 émergent les Flo[ts], premier prix du concours national littéraire du grand-duché de Luxembourg 2015. Bientôt dans les librairies.


Jean Cocteau Les Murray Pier Paolo Pasolini Jacques Prévert François Villon Lucien Suel Louise Labé Juan Gelman Robert Desnos William Shakespeare Inger Christensen Guillaume Apollinaire René Guy Cadou Maurice Scève Luís de Camões Jaufre Rudel Robert Burns Charles Baudelaire Kabîr Frédéric Mistral Luigia Sorrentino Luigi Pirandello Friedrich Hölderlin Aimé Césaire Rabîndranâth Tagore Pablo Neruda ammoniac Frédéric Jacques Temple Giacomo Leopardi François Esperet Paul Claudel Sandra Moussempès Clément Marot Oscar Wilde Bernard de Ventadour Blaise Cendrars Dante Alighieri méthane Marguerite de Navarre Miguel de Cervantes Bashō Jean de La Fontaine Claude Michel Cluny Alexander Pope John Keats Stanislas Rodanski Franc Nichele Daniel Varoujan Nicole Brossard Pétrarque Marcabru Alessandro Manzoni hydrogène Edmond Dune Johann Wolfgang von Goethe Stefano Benni Walt Whitman Clément Marot Jean-Michel Maulpoix Jean Portante Jorge Luis Borges Giuseppe Ungaretti Anise Koltz Jane Catulle-Mendès ÉCLAIRS ! Mahmoud Darwich Georges Perec Piedad Bonnett Jean-Pierre Verheggen Linda Pastan Heinrich Heine Hélène Sanguinetti Victor Hugo Fernando Pessoa Homère Henri Michaux Boris Pasternak Pierre de Ronsard Raymond Queneau Ariane Dreyfus Christopher Okemwa ÉCLAIRS !!  Charles Péguy Cercamon François Cheng William Cliff William Blake Raymond Farina Pétrus Borel Lambert Schlechter Alexandre Pouchkine Federico García Lorca Breyten Breytenbach Seream Bertran de Born Birago Diop Lionel Ray Yves di Manno Constance Chlore Hélène Cadou Gérard Achard Eduardo Galeano Tahar Ben Jelloun Steffen Popp Ming Di Vahan Tékéian Boris Vian Sophocle Rudyard Kipling José Martí ÉCLAIRS !!!

page 2 de 2 -