Il ne fait pas bon être poète dans une société transnationale… sauf peut-être pour se voir offrir, après quinze ans de bons et loyaux services, un stylo Montblanc. Cette série de courts textes raconte de façon ludique l’aliénation par le travail à travers la lorgnette décalée d’un employé qui ne se veut plus modèle. Pour que les strophes vainquent définitivement les stock-options.

Couverture et vignette intérieure d’Éloïse Rey.

Foutu poète improductif, éditions Rafael de Surtis, juillet 2018, ISBN 978-2-84672-466-1.


La nouvelle vice-présidente
explique dans une réunion capitale
une énième nouvelle organisation.
Il faut bien dans ces moments
concentrer son attention sur
quelque chose ; je lorgne d’abord
les bulles qui s’échappent
des verres emplis de liquide —
de l’eau pétillante en majorité
& un peu aussi de la saleté colorée
de cette entreprise tentaculaire
avec laquelle nous allons former

LA JOINT-VENTURE DU SIÈCLE.
Les gaz sont certes fascinants
mais la culpabilité due à l’effet de serre
m’envahit soudain. Il faut trouver
autre chose : justement
un mouvement attire mon attention.
Comme d’un trampoline miniature
une bestiole fait des bonds
dans les cheveux de l’oratrice.
Aux inflexions poignantes
sur l’avenir de notre entreprise
elle semble répondre
par des sauts plus hardis
tutoyant même le plafond.

La permanente impeccable
est le refuge idéal
pour cet habitant qui me nargue ;
son manège est bien entendu destiné
à mes seuls yeux : qui d’autre
ne serait pas envoûté par
la doucereuse complainte de la direction ?
Mais la provocation est vaine.
Je peux maintenant tenir aisément
pendant toute la réunion capitale
en observant le pou
de la vice-présidente.