Photo : François Zuidberg / Philharmonie Luxembourg

Yannick Nézet-Séguin dirige le Chamber Orchestra of Europe dans la Symphonie no 2 en si bémol majeur, dite Chant de louange,  de Felix Mendelssohn, à la Philharmonie Luxembourg. L'interview évoquée se trouve ici.


Précision des attaques
il tire les sons
à lui — l’organiste impas-
sible et le chœur dentelé
de tailles juxtaposées ;
il écourte au
besoin — caresse les
archets, en saisit presque
les crins ; trombones !
timbales au couperet
net, résonnent les mots
de mon interview une
heure avant : « ils ont
soif d’être guidés », m’a-t-il
dit ; il amplifie
les accords, sautille avec les
bois sonores et impec-
cables ; éternuement comique
du premier violon (mais
tout continue — instants
volés   voyeurs impudiques
de bonheur musical partagé) ;
il dévie les sinusoïdes
des chanteurs vers les spec-
tateurs. La symphonie pâteuse
et presque indigeste au disque
devient ici émouvante et
même l u d i q u e. Mendels-
sohn à son meilleur — il
courbe modèle égratigne soulage
les violoncelles en redemandent ;
il accélère et virevolte, conduit
le bal du populaire et du sacré,
comme si notre vie en dépendait ;
pas de baguette, mais
des rayons invisibles — non !
on les perçoit à l’œil nu ! —
qui jaillissent des doigts ;
il se penche jusqu’à em-
brasser les altos, va-t-il aussi
diriger les applaudissements ?